Cérémonies

a) Défilés et mises en place
Les porte-drapeaux sont mis en rang par 2, 3 ou 4 suivant la possibilité géographique locale. Les drapeaux sont portés « au sautoir », le bras replié vers le torse.
Il y a lieu de respecter une hiérarchie de ceux-ci par rapport à l’emblème porté et non par la valeur de chacun, à savoir :
· Les ordres nationaux (Légion d’honneur, Médaille militaire, Ordre national du mérite),
· Les croix de guerre (14-18, 39-45, croix de la Libération, etc.),
· Les amicales (Anciens combattants, Gendarmerie, etc.),
· Les autres associations (Souvenir français, Croix rouge, etc.).
Les porte-drapeaux se placent en principe toujours derrière la musique sauf si des troupes participent à la cérémonie, auquel cas ils suivent les militaires.
Un chef de protocole ou, à défaut, un porte-drapeau désigné pour la coordination (et un seul) donne les ordres pour éviter le désordre.
 
b) Monuments aux morts
Les porte-drapeaux arrivent en cortège, se placent de part et d’autre du monument dans l’ordre prescrit au chapitre précédent.
Il est à noter que le drapeau de la mairie du lieu où se situe la cérémonie sera mis de préférence en première position au plus près du monument à l’opposé des drapeaux des ordres nationaux.
Les porte-drapeaux saluent à la sonnerie aux morts.
Quand s’élève la sonnerie « les porte-drapeaux inclinent leur drapeau, bras tendu, jusqu’à la fin de la minute de silence ». Ils relèvent le drapeau dès le début de l’hymne national.
A l’issue de la cérémonie, au moment où les autorités se présentent pour les remerciements, le drapeau « est au pied » afin d’éviter des accidents ou des désagréments. Si les autorités enlèvent leurs gants, les porte-drapeaux doivent en faire autant. Dans le cas contraire, les porte-drapeaux gardent impérativement leurs gants.
Ils repartent en ordre ou en cortège. Ils ne doivent pas rompre les rangs sans l’accord du chef du protocole. On ne plie jamais les drapeaux devant un monument mais à une certaine distance de celui-ci.
Pour une cérémonie à caractère particulier « Congrès, Assemblée générale d’association, accueil de personnalités, etc. » des consignes particulières seront données par les Présidents ou responsables de ces associations au chef du protocole qui devra les mettre en application.